Catégories
Retraite ~ Sénior ~ Assistance

Les baby-boomers à la retraite font grimper les prix de l’immobilier

Alors que certains Américains menacent de quitter les USA pour les quatre prochaines années, certains baby-boomers vieillissants sont prêts à abandonner la Californie pour une vie meilleure. Comment cette transition affecte-t-elle l’immobilier, non seulement en Californie, mais aussi dans les régions où ils se dirigent ?

L’Amérique est en transition et le marché immobilier aussi, mais pas seulement à cause du récent virage à 180 degrés au Capitole.

Les baby-boomers les plus âgés ont atteint 70 ans, et jusqu’à 10 000 personnes prennent leur retraite chaque jour. Beaucoup envisagent de quitter leurs grandes maisons et leurs quartiers coûteux, pour des options plus abordables.

Cette tendance pourrait avoir un impact sur les marchés à prix élevés, et faire monter les prix dans les zones plus abordables où ils apportent des euros californiens.

Le First Tuesday Journal s’est penché sur le grisonnement de la Californie et sur ce à quoi il faut s’attendre lorsque davantage de Boomers prendront leur retraite.

La transition des baby-boomers a déjà commencé. Les Boomers sont ceux qui sont nés entre 1946 et 1964, donc beaucoup ont déjà eu 70 ans. Beaucoup de personnes de cette génération ont été obligées de reporter leur retraite après que la Grande Récession ait anéanti leurs comptes 401k, ainsi que la valeur de leurs maisons. Mais maintenant que l’économie s’est en grande partie redressée, beaucoup sont prêts à remettre leurs plans de retraite en action.

Le Journal indique que l’année dernière, les personnes âgées de 65 ans et plus représentaient 11,5 % de la population californienne. Il s’agit d’une augmentation de 4 % par rapport à 2014. Et le Journal indique que trois baby-boomers sur quatre sont propriétaires et ne se transformeront probablement pas en locataires.

Ce qui est susceptible de changer, c’est le type de maison dans laquelle ils veulent vivre, et où. Le Journal dit que beaucoup d’entre eux vivent dans des maisons unifamiliales plus grandes qu’ils ont dépassées et qui sont situées loin des commodités de la ville, dans les banlieues.

Le Journal affirme que de nombreux baby-boomers voudraient se rapprocher des centres-villes, des transports en commun, des restaurants, des divertissements, de la famille et/ou des amis. Beaucoup voudraient également réduire la taille de leur maison pour quelque chose qui correspond mieux à leurs besoins de retraite. Selon le Journal, lorsque ces baby-boomers arriveront sur le marché de l’immobilier, il y aura une forte augmentation des ventes de maisons.

L’autre moitié de ce phénomène est l’augmentation de la valeur des maisons.

L’autre moitié de cette équation sera constituée par les membres de la génération Y qui se sentent également plus prêts à acheter une maison. Beaucoup d’entre eux voudraient les maisons familiales que les baby-boomers libèrent. Il pourrait donc s’agir d’une relation symbiotique parfaitement opportune.

Le Journal s’attend à ce que cette relocalisation massive des deux générations s’accélère vraiment de 2019 à 2021. On peut y lire : «Cette grande confluence des retraités et des membres de la génération Y créera un marché du logement fluide et stable pour la Californie.

Le Journal indique que les Californiens de 65 à 75 ans sont plus susceptibles d’être propriétaires de leur maison que tout autre groupe d’âge. Même si la Californie a certains des prix des maisons les plus élevés du pays, ces propriétaires auront accumulé des capitaux propres dans leurs maisons. Combinez cela avec une vie entière d’épargne et, selon le Journal, ils auront suffisamment de richesse pour exercer une forte influence sur le marché du logement californien.

C’est un grand changement.

C’est un grand changement par rapport aux vingt dernières années. Le Journal dit que les générations nées pendant la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale, de 1915 à 1935, ne constituaient pas un groupe important. Il dit qu’elles n’avaient pas le nombre nécessaire pour «remodeler le marché du logement à leur image» comme il s’attend à ce que ce soit le cas pour les Boomers.

prix immobilier

Les Boomers exercent une influence disproportionnée sur le marché du logement tout au long de leur vie. Tout d’abord, ils ont commencé à louer des appartements au début des années 1980. Cela a fait grimper les loyers et conduit à la reconstruction d’appartements. Puis, vers la fin des années 1980, ils ont commencé à acheter des maisons individuelles, ce qui a également conduit à une flambée des prix des maisons et à une reconstruction – le tout suivi par la récession de 1990.

Puis, vers la fin des années 1990, les baby-boomers ont commencé à placer leur argent sur le marché boursier en pleine reprise. Et cela s’est produit à un volume et à un rythme qui ont mis le marché en «mode bulle», notamment avec l’intérêt pour la haute technologie. Comme nous le savons tous, cette bulle a éclaté en fanfare en 2002, laissant les portefeuilles brisés une fois de plus.

Maintenant, les baby-boomers se sont remis du dernier ralentissement, et sont mûrs pour la retraite. Beaucoup vont encaisser leurs actions, et en raison du nombre énorme de Boomers, cela mettra les marchés en mode de stagnation. Le Journal s’attend à ce que ce drainage des fonds de retraite du marché boursier dure environ 15 ans.

Quels sont les changements que nous verrons sur le marché du logement ?

Le Journal affirme qu’il y aura une augmentation de la demande de logements réservés aux personnes âgées. Il prévoit également la création d’un plus grand nombre de beaux logements ou de casitas autonomes ou d’appartements de grand-mère pour accueillir les parents vieillissants. La grande majorité des baby-boomers continueront à être propriétaires de leur logement sous une forme ou une autre.

Le Census Bureau rapporte que 50% des seniors qui déménagent choisissent de rester dans leur communauté. Mais certains Californiens peuvent vouloir ou devoir déménager dans une région où le coût de la vie est moins élevé. Les États cibles sont souvent la Floride, le Texas et l’Arizona. Certains peuvent également se diriger vers le Nouveau-Mexique et le Mexique.

Le Journal indique que les courtiers et agents immobiliers devraient commencer à se préparer à cette migration dès maintenant. Même ceux qui déménagent auront besoin d’aide pour la vente d’une maison, et de références à des courtiers et des agents coopérants.

Il s’agit là d’un défi de taille.

Le Journal prévoit que l’activité d’achat des baby-boomers augmentera en 2018, et atteindra un pic entre 2019 et 2021. Au cours de cette période, il indique que les baby-boomers mettront sur le marché des milliers de maisons unifamiliales, avec un peu de chance, juste au moment où la génération Y sera prête à acheter ces grandes maisons.

Dans le même temps, les baby-boomers mettront sur le marché des milliers de maisons unifamiliales.

On peut également s’attendre à un boom de la rénovation à ce moment-là, car ces jeunes acheteurs voudront probablement mettre à jour ces maisons plus anciennes. Beaucoup d’entre eux veulent des propriétés mises à jour, adaptées aux navetteurs et proches de leur travail et des centres-villes.

En tant qu’ investisseurs immobiliers à la recherche de zones prêtes à se développer, l’achat de propriétés en Floride, au Texas ou en Arizona sera probablement un bon pari.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *