Tout savoir sur le portage salarial

Écrit par
portage salarial

Le portage salarial est une forme de travail très prisé par de différents profils d’actifs à l’époque actuelle. Il représente un moyen de commencer à travailler de manière indépendante en tant qu’entrepreneur. Or, ce statut permet aussi de jouir de la sécurité et du confort du salariat. Voici les essentiels à savoir sur le portage salarial pour une meilleure immersion ou information.

Le portage salarial : définition et principe

Ce guide du portage salarial vous informe de cette nouvelle forme d’emploi adoptée par de nombreux freelances. Il s’agit de la meilleure option pour ceux-ci afin de la réaliser des missions en faveurs des entreprises. Ils peuvent aussi effectuer des missions pour les centres de formation, établissements scolaires et autres organismes indépendants. Travaillant en toute autonomie, soit, sans supérieurs hiérarchiques, ces freelances bénéficient de tous les avantages du régime de salariat.

Le salarié porté est un travailleur autonome qui bénéficie d’une couverture sociale (maladie, chômage et retraite) de salarié. La société de portage se charge de la gestion administrative, fiscale et juridique de ses missions. En revanche, le salarié porté procède à des prospections de clients et réalise des prestations. Cette recherche tient compte des contrats de travail qu’il signe avec la société de portage. Par conséquent, le consultant jouit de l’autonomie conférée par le statut d’indépendant, avec la protection associée à son statut de salarié.

Le portage salarial : fonctionnement

Dans le cadre du portage salarial, le professionnel indépendant se charge de la recherche de ses missions. Ensuite, il négocie les modalités de collaboration avec le client. Après cette étape, il signe un contrat à durée déterminée (CDD) ou un contrat à durée indéterminée (CDI). Ce document correspond à l’accord qui le lie à la société de portage salarial et à sa mission.

De son côté, la société de portage salarial établit un contrat de prestations avec l’entreprise cliente. Une fois la mission terminée, la société de portage émet une facture au client conformément aux termes du contrat. Puis, elle encaisse le paiement et verse le salaire du consultant en lui délivrant un bulletin de paie.

Outre cela, la société de portage est chargée de la gestion de tous les aspects administratifs et fiscaux. Elle offre également un accompagnement personnalisé, ainsi que des formations à son salarié porté.

profil portage

Le portage salarial : profils des consultants adaptés

Le portage salarial convient à de nombreux profils de travailleurs indépendants. S’adaptant ainsi aux freelances se déchargent des démarches administratives, fiscales, juridiques et comptables. Il convient aussi aux jeunes diplômés qui intègrent la vie active. Il en est de même pour les demandeurs d’emploi souhaitant exercer une activité rémunérant en attendant de trouver un poste.

Le portage salarial s’adresse également aux entrepreneurs qui désirent essayer la faisabilité d’un projet. D’autant plus que cela représente un moyen pour constituer un portfolio avant la création de sa propre structure juridique. Sinon, cela représente une solution pour les cadres en activité, à la recherche de la solution de facturation de leurs prestations sans statut juridique. Enfin, ce statut convient aux retraités qui souhaitent avoir des revenus complémentaires en plus de leur pension de retraite.

Le portage salarial : métiers autorisés et interdits

De nombreux secteurs sont éligibles au portage salarial, pour ne citer que l’audit, BTP, AMOA, coaching, design et communication. Il en est de même pour le marketing et développement commercial, immobilier, gestion de projet, formation, infographie, logistique, ou encore informatique. Outre cela, le management de transition, traduction, rédaction, secrétariat, webmastering, ressources humaines, et Qualité Sécurité Environnement (QSE) sont autorisés.

En revanche, il y a aussi des métiers interdits au portage salarial. Cela correspond notamment aux professions réglementées (pharmacien, médecin, avocat, notaire, expert-comptable…). Les prestations commerciales (vente et achat de marchandises), ainsi que les services à la personne sont également interdits.

Le portage salarial : le salaire du salarié porté

Le salaire est la base même du travail, que ce soit pour un salarié ou un salarié porté.

Comment calculer la rémunération du salarié porté ?

Le salarié porté perçoit une rémunération basée sur le chiffre d’affaires hors taxes (HT) facturé en fonction de ses missions. Quant à la société de portage salarial, il se charge de gérer l’aspect administratif et fiscal. Dans ce contexte, en tant que chargée de la facturation, elle reçoit le paiement des prestations émanant des entreprises clientes.

Avant cela, elle se charge de déduire les différents frais, de manière à obtenir le salaire brut.

Cela consiste aux frais de gestion administrative s’élevant entre 4 et 12% du montant hors taxe (HT) facturé. À ce montant s’ajoute la restitution des dépenses de missions non facturées. Les frais à déduire concernent également les cotisations sociales et charges patronales, conformément au barème légal. À noter que pour un salarié porté, le salaire est aussi soumis à l’impôt sur le revenu. Après déductions, le salaire net du consultant est en moyenne de 50 % du montant de sa facturation hors taxe.

Pour mieux estimer sa rémunération de salarié porté, il suffit d’aller sur le site de la société de portage salarial ciblée. Une fois sur le site, il reste à effectuer une simulation de salaire. D’autant plus qu’un coefficient de rétrocession peut être appliqué en fonction du chiffre d’affaires et des missions (fréquentes ou récurrentes).

Comment optimiser le salaire en portage salarial ?

Un salarié porté doit déclarer ses frais professionnels aux clients, qu’ils soient refacturés ou non, pour améliorer sa rémunération. De la même manière, il doit aussi mentionner les frais exonérés des cotisations sociales et patronales. Il mentionne aussi les coûts d’abonnements ou acquisition de matériels utiles à la réalisation des missions. Il en est de même pour les frais de restauration, de déplacement, et éventuellement d’hébergement.

Depuis les réformes et l’ouverture du portage salarial aux non-cadres, le salaire mensuel minimal ETP s’élève à 2 380 € bruts. Cet équivalent temps plein correspond au ¾ de la sécurité sociale. Le chiffre d’affaires à réaliser par le consultant doit être le double pour permettre l’application des déductions sur le chiffre brut.

Le portage salarial : mise en place de l’activité

Et voilà les étapes à réaliser pour mettre en place les activités en portage salarial :

  • Le consultant cherche une mission, fixe avec l’entreprise client les modalités des prestations (nature, lieu, durée d’exécution, conditions spécifiques, contraintes)
  • Le consultant indépendant choisit l’entreprise de portage salarial, lui soumet la mission et signe avec elle la convention d’adhésion
  • Ensemble, le consultant, avec le soutien de la société de portage termine les négociations avec l’entreprise cliente
  • A l’issue de cette négociation, la société de portage salarial signe le contrat de mission avec l’entreprise cliente
  • L’entreprise de portage salarial signe le contrat de travail avec le salarié porté
  • L’entreprise de portage salarial effectue la déclaration préalable d’embauche du salarié avant le début de l’exécution des prestations
  • La société de portage salariale se charge de la facturation dont le montant est basé sur la déclaration d’activité
  • Elle encaisse le paiement, déduit des commissions et frais divers avant de verser le salaire du porté

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *